Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 21:15


     La captivité d'Abd El-Kader    

 

"Je n'ai point fait les événements, ce sont eux qui m'ont fait."
 
 Portrait d'Abd el-Kader par Jean-Baptiste Ange Tissier, 1852, Musée de Versailles.25 décembre 1847 : l'Emir Abd El-Kader quitte le port de Mers-el-Kébir  et sa patrie, accompagné de 45 membres de sa famille et de 57 personnes de son entourage qui ont choisi de partager son exil. Malgré l'engagement pris par Lamoricière de les conduire directement à Alexandrie ou Saint-Jean -d'Acre, l'Emir et sa suite sont dirigés vers Toulon sur ordre du gouverneur. D'ores et déjà, ils sont considérés comme des prisonniers et confinés au lazaret* de la presqu'île de Cepet pendant dix jours d'angoisse.
"L'homme passe infinimen l'homme"           
                                                                  
Pendant ce temps malgré quelques voix qui s'elèvent, dont celle du ministre de la guerre Trezel,
en faveur de l'exil en Orient souhaité par l'Emir Abd El-Kader et promis par les Autorités françaises lors de sa reddition... c'est le "Vae Victis" qui l'emporte... 
Refus formel de ratifier la promesse du Général Lamoricière...  Pour l'Emir Abd El-Kader, qui lui, en homme d'honneur n'a qu'une parole...  l'incompréhension est totale ; sa colère, qu'il réfrène, se mue en résignation.
 Il dira son amertume à son interpréte français Daumas : "Les Beni Snassen Gharaba, qui tenaient encore pour moi, ne voulaient cependant pas que je me livre à vous, et néanmoins je ne me repens nullement du parti que j'ai pris, car, sur la promesse écrite du général Lamoricière, promesse sanctionnée par le fils du Roi des Français, je dois être transféré
à Saint-Jean-D'Acre ou Alexandrie, d'où je gagnerai la Mecque. Les Arabes respireront et moi aussi, j'aurai trouvé le repos... Les honneurs, les biens, les trésors de ce monde ? Tu sais, Daumas, si je les méprise... Je te répète, je n'ai pas d'autre désir que d'aller à la Mecque, lire les Livres Saints, adorer Dieu et m'y faire enterrer après avoir visité Médine, le tombeau de notre seigneur Mohammed.
 Mon  rôle est fini. Je vous ai donné ma parole. Je ne vous combattrai plus..."
 
Informé du refus du gouvernement français d'honorer la parole donnée, l'Emir s'exclamera :
" Je ne puis le croire. Le Maréchal Bugeaud ne m'at-il pas écrit plusieurs fois pour m'offrir de me conduire à la Mecque si je voulais cesser la lutte ?" pour conclure : " Mais à quoi bon tous ces discours, ne suis-je pas dans votre main ? Vous êtes le couteau et moi la chair. Tranchez comme il vous plaira, je n'ai qu'à me résigner."

L'Emir et les siens resteront prisonniers quatre ans dans des conditions souvent sordides. La chute de Louis-Philippe n'améliore en rien le sort des Algériens.

Transférés du fort Lamalgue (Toulon) au château d'Henri IV à Pau, puis en novembre 1848 à Amboise - le château a été transformé en prison - les captifs découvrent la beauté du site et les mesures de surveillance " excessives jusqu'au ridicule. Des sentinelles garnissaient les murs, des patrouilles parcouraient les rues."... Toute visite et toute correspondance sont rigoureusement interdites par Lamoricière devenu ministre de la Guerre ! Oui, ce même Lamoricière...
 Le coup d'Etat du 2 décembre 1851 porte au pouvoir Louis-Napoléon. Le 16 juin 1852, Louis-Napoléon se rend à Amboise pour rencontrer l'Emir Abd El-Kader et lui annoncer sa libération : "Depuis longtemps, vous le savez, votre captivité me causait une peine véritable, car elle me rappelait sans cesse que le gouvernement qui m'a précédé n'avait pas tenu les engagements pris envers un ennemi malheureux... La générosité est toujours la meilleure conseillère..."
En octobre c'est la visite de Paris, la Madeleine, Notre Dame, la Bibliothèque nationale, l'Académie de musique, l'Opéra...  Il rencontre de nombreux ecclésiastiques, dignitaires et généraux, dont un de ses anciens prisonniers ; il s'entretient avec Louis-Napoléon dont il est l'un des hôtes d'honneur aux Tuileries lors de la proclamation du Second Empire le 2 décembre 1852.
Puis il regagne Amboise qu'il quitte avec les siens le 11 décembre pour Brousse (Borsa), première capitale de l'Empire ottoman, où le gouverneur de la ville leur fait un accueil chaleureux.
 Napoléon III octroie une riche pension à l'Emir Abd El-Kader, qui ainsi, se sent libre à l'égard du pouvoir ottoman et se tient à l'écart de la vie publique. Il peut enfin se consacrer à la fréquentation des lieux spirituels, à la prière et la méditation, à l'étude et la poésie, au bonheur familial, à la correspondance avec avec ses amis...
  Un étape sur le chemin qui le mènera à Damas où il s'installe en décembre 1855 dans le quartier El-Amara, près du sanctuaire d'Ibn Arabi, et de la magnifique Mosquée des Omeyyades...

 

 




Notes
 
*  Le portrait de l'Émir Abd el-Kader illustrant cet article est le
"Portrait en buste de Ben ed-Din Abd el-Kader, émir algérien par Jean-Baptiste Ange Tissier,
 1852, 72 x 59 cm, musée de Versailles "  

Voir   WIKIPEDIA                                         
Promener la souris sur l'illustration pour lire sa légende

* Le lazaret servait jadis de lieu de quarantaine pour isoler les personnes atteintes de maladies contagieuses 

> Sous le portrait de l'Emir une citation de Blaise  Pascal, célèbre mathématicien, physicien, théologien, mystique, philosophe, moraliste et polémiste français du XVIIe siècle :

"Apprenez que l'homme passe infiniment l'homme, et entendez de votre maître votre condition véritable que vous ignorez. Ecoutez Dieu. "... C'est la grandeur de l'homme d'aller toujours lus loin que les limites que la nature lui impose, sous le regard et à l'écoute de Dieu. Cette citation  rejoint ainsi la pensée du Maître soufi Mawlana Jalal ed-Din Rumi - mystique musulman persan du XIIIe siècle - qui proclame l'éminente dignité de l'Homme, but de la création et du projet divin.

 Un lien pour en savoir plus :

http://www.eric-geoffroy.net/article.php3?id_article=42




Voir le début de ce récit ICI


Barre fin article

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karim01 19/10/2009 03:18


Mille merci ma chère amie L17, je ne peux que vous remercier pour vos informations sur l'histoire de mon pays l'Algérie que vous nous rappelez pour que nous la remémorions. Toutes mes amitiés
sincères à l'amie sincère que vous êtes. Votre ami Brahim


L17 19/10/2009 09:54


Merci Cher Brahim pour votre commentaire. J'admire beaucoup l'Emir Abd El-Kader, qui a su  transcender les malheurs de sa vie et de son pays en pardonnant à ses ennemis... non seulement en
paroles mais en actions. Son adhésion au Soufisme, sa grande piété, sa foi en Dieu et sa bonté naturelle l'ont guidé toute sa vie ; lorsqu'il commbattait les troupes françaises, qui envahissaient
son pays l'Algérie, il a toujours été un adversaire loyal.
 Je prépare le dernier article sur sa vie à Damas.
Très amicalement à vous et bonne journée.


Gabrielle 18/10/2009 09:44


Deux récits très intéressants et belles illustrations : merci pour l'évocation de la noble figure de l'Emir Abd el Kader.
Amicalement.


L17 18/10/2009 09:53


Un grand merci à vous - suite et fin dans un prochain article.
Amicalement.


Présentation

  • : Salam - Akwaba
  • Salam - Akwaba
  • : Littérature, citations, politique internationale (conflit Palestine-Israël, mondialisation...), Afrique, Maghreb, problèmes de société, religions, faune, flore, etc...
  • Contact

Guadeloupe

Album photos privé - Avril 2008
La Pointe des Châteaux

Recherche

Remerciements


 "Toute vie véritable est rencontre"

 

         Salam et Akwaba !


Merci de tout coeur

          à tous mes chers visiteurs.

  Merci pour vos messages. 

 

             Bonne journée à chacun de vous.

 


MERCI et soleil 946s

A Diffuser Sans Modération...

metiers-facteur-1   


 Citoyennes et Citoyens

Réveillez-vous !

 

MERCI en Rouge mess Merci1

Pétitions

  Votre Attention SVP Fond Vert t11-14 clown-tambour

 

 

 

 

 

  Pétitions

     à la Une

 

 


 

Cet article est en cours de mise à jour

 

  Cliquer sur LIEN  pour y accéder

.

Merci de votre compréhension


Fleur anim&e nature-46

 

   Pétition France Palestine AFPS

 

* Non à la criminalisation du boycott d'Israël !

 

    Pour la défense des Palestiniens,

l'AFPS Association

France Palestine Solidarité

a mis en ligne

mardi 18 septembre 2012


Une pétition réclamant l’abrogation

de la circulaire de février 2010

(signée Mme Alliot-Marie)

qui assimile les actions de boycott

des produits israéliens


 « à de la provocation,

 

à la discrimination

 

ou à la haine raciale. »


En application de cette circulaire,

les contrevenants encourent.

  des poursuites judiciaires.

 

 

 

  Pour plus d’informations et pour Signer :

Un Clic sur la vignette AFPS

 

  Logo-France-Palestine Solidarité Capture

 

 

Barre vert mordoré

 

 

 

MERCI nadn6mnq

A l'attention des visiteurs

  Pax Americana 2

        Les internautes désirant publier sur leurs blogs, TOUT ou PARTIE  des photos ou articles parus sous ma plume sur Salam-Akwaba auront la gentillesse et la courtoisie de :

  -   m’en informer auparavant

   -   citer CLAIREMENT leur source au début de leur propre article : Lien vers Salam-Akwaba, Titre de l’article source, auteur : L17

        Pour plus de précisions voir  ICI

 


Pax Americana 2