Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 20:07

 

« Mais quoiqu’il arrive, nous autres Syriens, n’accepterons jamais que notre pays devienne un jouet entre les mains de l’Occident.
C’est un principe fondamental pour nous. »

 

Champs d'oliviers et collines calcaires au nord-ouest d'Alep, Syrie,
 1996 [Site : Images du monde  Réf : syrie_014 ]
Champs d'oliviers et collines calcaire en 1996 - Nord-ouest d'Alep



 

 

Quelques rappels préliminaires
 

En mars 2011, sous prétexte de "printemps arabe", la Syrie est  devenue la cible d'une "révolte", révolte en grande partie importée, orchestrée et  financée de l'Etranger.
Suivant des méthodes bien rodées, les experts en révoltes "spontanées"
allient au terrorisme, le chantage des sanctions - depuis 2004 - et les
désinformation et propagande médiatiques, etc...
Dès les premiers jours, le terrorisme a remplacé les manifestations qui
se voulaient à l'origine non-violentes: c'était sans compter sur quelques
snipers , infiltrés dans la foule, qui ont mis "bon ordre" à ces velléités
populaires pacifiques en tirant sur les Forces de l'ordre...
Cf. Comment déstabiliser les pays convoités et y semer le chaos, selon Marco Tugayé
Semer le chaos et la mort pour terroriser les Syriens dans le but de
déstabiliser le pays, les structures gouvernementales, détruire les Forces armées syriennes (pour la sécurité d'Israël qui occupe le Golan) ;
l'objectif principal - Obama ne s'en cache plus - étant, et le restant, de remplacer le président élu Bachar al-Assad par un dirigeant tout acquis aux ambitions hégémoniques des Etats-Unis, de l'OTAN et d'Israël.
Ne pas oublier que derrière la Syrie et son président, c'est l'Iran qui est visé...
C'est le remodelage du Moyen Orient qui est en jeu pour Washington !
Cf. "Le Grand Echiquier" de Zbigniew Brzezinski.

Depuis bientôt quatre ans, ces sinistres projets se heurtent à la farouche volonté et au courage héroïque des Syriens unis autour de leur Armée, du Président al-Assad et son gouvernement pour défendre leurs vies, leur pays contre les hordes terroristes déferlant sur la Syrie, Daech étant le dernier avatar de ces Barbares...

Depuis quatre ans ses alliés Russie, Chine, Iran et d'autres pays,
défendent la Syrie et sa souveraineté ; ils agissent avec efficacité tant à l'ONU que sur le terrain par des envois fréquents de cargos d'aide
alimentaire.

Tous les Syriens, leurs familles, les enfants et les soldats ont payé un très lourd tribut à cette guerre imposée : ils sont en train de la gagner si Washington n'invente pas un autre mauvais "coup tordu" contre la Syrie... après la mise en orbite de Daech son horrible rejeton ! !



Tout au long de cette guerre interminable, le Président syrien n'a pas quitté son pays ; avec sa famille il a partagé le sort de son peuple ; son épouse et ses jeunes enfants ont demeuré près de lui.
A Damas, Bachar al-Assad est resté aux commandes de l'Etat syrien ;
au gouvernement des ministres compétents et loyaux l'ont secondé, tous unis pour libérer la Syrie de toutes ingérences étrangères et de la racaille
terroriste qui va avec...
Chacun, à son poste, œuvre au bien commun en vue de la paix, de la
reconstruction du pays. Depuis le début de l'offensive terroriste mars 2011, l'ensemble des services publics syriens est mobilisé pour porter aide à la population et assistance aux victimes de la guerre. .

Le Dr Bachar al-Jaafari représentant permanent de la Syrie auprès de l'ONU, ne cesse défendre son pays au Conseil de Sécurité
en communiquant la vérité sur ce qui se passe en Syrie et en dénonçant les propagandes mensongères des médias occidentaux, de l'OSDH, et
même de certains membres du CS de l'ONU !

M.Walid Mouallem conduit la diplomatie syrienne avec une intelligence et un discernement dont nos derniers chefs du Quai d'Orsay, Juppé et Fabius, auraient dû s'inspirer !

Très vite dans les villes et les campagnes, la population a compris le courage et le dévouement avec lesquels les soldats de l'Armée arabe syrienne,leurs soldats, combattent pour défendre la patrie. Le Peuple syrien, dans sa majorité, soutient son armée, le gouvernement
et son président qu'il a réélu en 2012.

Le Président Bachar al-Assad s'est exprimé plusieurs fois lors d'interviews par des médias amis. En septembre 2013, après les fausses accusations d'attaque à l'arme chimique, il a accordé un entretien à Georges Malbrunot du Figaro.

C'est la première fois ce samedi 29 novembre 2014, qu'il en accorde à un journal français très populaire Paris Match. Les journalistes français sont en général très critiques et peu objectifs, pour ne pas dire mensongers, envers ce qu'ils nomment dédaigneusement "le régime syrien".

Paris Match a édité cette interview sur le N° 3420 (du 4 au 10 décembre 2014) pages 94 à 97.
La plupart des journaux français n'ont cité et commenté que quelques
réponses du Président syrien.

Un grand merci à SANA, l'Agence Arabe d'Informations, d'avoir publié en français sur son journal internet du 4 décembre 2014, l'intégralité de l'entretien accordé au journaliste de Paris Match :
C'est ce texte qui figure ci-dessous.
 



 


Damas 29 novembre 2014
Le Président syrien Bachar al-Assad accueille le journaliste de Paris Match

 





Voici le texte intégral de l’interview :

Paris Match – Monsieur le président, après trois ans de guerre, au point où nous en sommes aujourd’hui, regrettez-vous de ne pas avoir gérer les choses différemment au début, lorsque les premiers signes de révolte sont apparus en mars 2011 ? Vous sentez-vous responsable ?

Le président Al-Assad – Dès les premiers jours, il y avait des martyrs de l’armée et de la police. Nous avons donc, dès cette époque, fait face au terrorisme. Il y avait certe des manifestations, mais pas en grand nombre. Notre seul choix était de défendre le peuple contre les terroristes. Il n’y en avait pas d’autres. Nous ne pouvons pas dire que nous le regrettons car nous luttions contre le terrorisme dès les premiers jours. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’erreurs commises dans la pratique. Il y a toujours des erreurs. Parlons aussi franchement ; si le Qatar n’avait pas financé dès le début ces terroristes, si la Turquie ne leur avait pas apporté un soutien logistique et l’occident un soutien politique, les choses auraient été différentes. La Syrie connaissait des problèmes avant la crise, ce qui est normal, mais cela ne signifie pas qu’il faille trouver aux événements une origine intérieure.

- Durant cette guerre, on reproche à votre armée d’avoir utilisé massivement la force. Pourquoi bombarder des civils ?

- Lorsqu’un terroriste vous attaque, croyez-vous que vous pouvez vous défendre par le dialogue ? L’armée a eu recours aux armes lorsque l’autre partie en a fait usage. Notre but ne saurait être de frapper les civils. Comment peut-on résister pendant quatre ans en tuant des civils, c’est-à-dire son propre peuple, et en même temps combattre les terroristes et les pays hostiles qui les soutiennent, à savoir ceux du Golfe, la Turquie et l’Occident ? Si nous ne défendions pas notre peuple, nous serions incapables de résister. Par conséquent, il n’est pas logique de dire que nous bombardons les civils.


- Des images satellites de Homs ou de Hama montrent des quartiers oblitérés. L’ONU, une organisation à laquelle adhère votre pays, parle de 190 000 morts au cours de cette guerre. Les habitants de ces quartiers étaient-ils tous des terroristes ?

- D’abord, il faudrait vérifier les statistiques des Nations Unies. Quelles en sont les sources ? Les chiffres qui circulent aujourd’hui dans le monde, notamment dans les médias, sont exagérés. Ils sont faux. Ensuite les images de destruction ne sont pas seulement des photos satellites, mais des photos prises sur le terrain. Ces destructions sont réelles. Lorsque des terroristes pénètrent dans une région et l’occupent, l’armée doit la libérer. Des combats sont alors engagés. Il est donc normal qu’il y ait destruction. Dans la plupart des cas, lorsque les terroristes s’installent, les civils prennent la fuite. En vérité, le plus grand nombre de victimes en Syrie se compte parmi les partisans de l’Etat, et non l’inverse. Beaucoup ont été tué lors d’attentats. Quand vous avez la guerre et le terrorisme, il y a hélas des victimes innocentes. Ca arrive n’importe où, d’ailleurs. Mais il n’est pas concevable qu’un Etat vise ses propres citoyens.

- Toujours selon l’ONU, trois millions de syriens sont réfugiés dans les pays limitrophes, soit un huitième de la population syrienne. Est-ce que ce sont tous des alliés des terroristes ?

- Non, non. La plupart de ceux qui ont quitté la Syrie l’ont fait à cause du terrorisme. Parmi ces réfugiés, certains soutiennent les terroristes, d’autres l’Etat. Ces derniers ont quitté le pays pour des raisons de sécurité. Une grande partie des réfugiés ne soutient personne.


- D’un point de vue militaire, avez-vous les moyens de gagner la guerre ?

- A présent, nous combattons des Etats, pas seulement des bandes. Des milliards de dollars leur sont versés. Des armes leur ont été fournies par des pays comme la Turquie. Il ne s’agit pas d’une guerre facile d’un point de vue militaire. Pourtant, l’armée syrienne progresse dans beaucoup de régions. Personne ne peut encore prévoir quand cette guerre prendra fin, ni comment. Nos adversaires pensaient, au début, gagner le cœur des syriens. Ils n’y sont pas parvenus. Ils ont perdu le soutien de la population locale. C’est précisément ce qui a permis à l’armée de progresser. Nous devons envisager la guerre d’un point de vue militaire, social et politique.


- Mais ils n’ont pas encore perdu, puisque la moitié de votre pays vous échappe ?

- L’armée syrienne ne peut être partout à la fois. Là où elle n’est pas présente, les terroristes en profitent pour franchir les frontières et s’infiltrer dans telle ou telle zone. Mais à chaque fois que l’armée décide de reprendre une région, elle y parvient. Il ne s’agit pas d’une guerre entre deux armées, où l’une occupe un territoire et l’autre un autre. Il s’agit d’un autre type de guerre. Nous avons affaire à des groupes terroristes qui s’infiltrent dans une ville ou dans un village. Cette guerre sera donc longue et difficile.


- Beaucoup disent que la solution c’est votre départ. Avez-vous vous-même envisagé que votre départ soit la solution ?

- Partout dans le monde, un chef d’Etat arrive au pouvoir par un mécanisme constitutionnel, et il le quitte par le même mécanisme. Un président ne peut ni s’imposer ni quitter le pouvoir par le chaos. La preuve tangible, ce sont les conséquences de la politique française en Libye avec la décision d’attaquer Kadhafi. Quel en a été le résultat ? Après son départ, il y a eu le chaos. Son départ était-il la solution ? La situation s’est-elle améliorée ? La Lybie est-elle devenue démocratique ? L’Etat est comme un navire : dans la tempête, le capitaine ne prend pas la fuite. Il ne quitte pas le bord. Si les passagers doivent s’en aller, alors il sera le dernier à partir.


- Cela veut dire que le capitaine est prêt à mourir. Vous avez évoqué Mouammar Kadhafi, est-ce que vous avez peur de mourir de la même façon que Saddam Hussein ou que Kadhafi ?

- Le capitaine ne pense pas à la mort, ni à la vie, il pense à sauver son navire. S’il fait naufrage, tout le monde mourra. Il faut donc mieux tout faire pour sauver son pays. Mais je voudrais souligner une chose importante. Mon but n’est pas de rester président, ni avant, ni pendant, ni après la crise. Mais quoiqu’il arrive, nous autres Syriens, n’accepterons jamais que notre pays devienne un jouet entre les mains de l’Occident. C’est un principe fondamental pour nous.


- Parlons du groupe Etat Islamique. On entend dire parfois qu’au départ, le régime syrien a encouragé la montée des radicaux islamistes pour diviser l’opposition. Que répondez-vous ?

- D’abord en Syrie, nous avons un Etat, pas un régime. Soyons clair sur la terminologie. Si nous supposons que cela est vrai, et donc que nous avons soutenu l’Etat Islamique, cela revient à dire que nous leur avons demandé de nous attaquer, d’attaquer nos aéroports militaires, de tuer des centaines de nos militaires, d’occuper nos villes et nos villages. Où est la logique là-dedans ? Qu’avions-nous à gagner dans tout cela ? Diviser et affaiblir l’opposition, comme vous le dites ? Nous n’avions pas besoin de le faire. L’Occident lui-même reconnaît que cette opposition était fantoche. C’est ce qu’Obama lui-même a dit. L’hypothèse est donc fausse. Mais alors, où est la vérité ? En réalité, l’Etat Islamique a été créé en Irak en 2006. Ce sont bien les Etats Unis et non la Syrie qui occupaient l’Irak. Abou Baker al Baghdadi était dans les geôles américaines et non dans les prisons syriennes. Qui a donc créé l’Etat Islamique ? La Syrie ou les Etats Unis ?


- Les Syriens que nous rencontrons à Damas font plus allusion aux cellules dormantes djihadistes en occident qu’à la guerre contre l’Etat Islamique. C’est étonnant, non ?

- Le terrorisme est une idéologie et non des organisations ou des structures. Or, l’idéologie ne connaît pas de frontières. Il y a vingt ans, le terrorisme s’exportait depuis notre région, en particulier depuis les pays du Golfe comme l’Arabie Saoudite. A présent, il nous vient d’Europe, et notamment de France. Le plus gros contingent de terroristes occidentaux venus en Syrie est français. Ils commettent des attentats en France. En Belgique, ils ont attaqué le musée juif. Le terrorisme en Europe n’est plus dormant, il s’est réveillé.


- Les Américains sont aujourd’hui, contre l’Etat Islamique, des alliés tactiques. Considérez-vous toujours leur intervention comme une violation du territoire syrien?

- Vous avez utilisé le mot tactique, et c’est là un point important. Vous savez bien qu’une tactique n’a aucun sens sans une stratégie. Car elle seule n’arrivera pas à venir à bout du terrorisme. Il s’agit d’une intervention illégale, d’abord parce qu’elle n’a pas reçu l’approbation du Conseil de sécurité, ensuite parce qu’elle n’a pas tenu compte de la souveraineté d’un Etat qui est la Syrie. La réponse est « oui », c’est une intervention illégale, et donc une violation de la souveraineté nationale.


- L’AFP rapporte que votre aviation a effectué 2000 sorties aériennes en moins de 40 jours, ce qui est énorme. Quand vos avions croisent leurs avions, par exemple en allant bombarder Raqqa, existe-t-il un protocole de non agression ?

- Il n’y a pas de coordination directe. Nous attaquons le terrorisme là où il se trouve, sans prendre en considération ce que font les Etats Unis ou la coalition. Vous seriez sans doute surpris d’apprendre que le nombre quotidien de sorties de l’aviation syrienne pour frapper les terroristes est supérieur à celui de la coalition. Donc d’abord il n’y a pas de coordination. Ensuite les frappes de la coalition ne sont que cosmétiques.


- Mais ces frappes-là vous aident. La démission du Secrétaire Américain à la Défense Chuck Hagel s’explique en partie parce qu’il pensait qu’elles renforçaient votre gouvernement et vos positions.
- Notez que votre question contredit celle dans laquelle on est accusé de soutenir Daech. Ça veut dire plutôt que nous sommes des ennemis de Daech.


- J’ai dit qu’on entend qu’au départ, vous avez soutenu Daech pour diviser l’opposition.

- Je ne vous accuse pas, je fais plutôt allusion à ceux qui le pensent.
- Maintenant, une des conséquences était cette démission, du point de vue américain. Estimez-vous quand même que les frappes de la coalition vous aident ?

- On ne peut pas mettre fin au terrorisme par des frappes aériennes. Des forces terrestres qui connaissent la géographie et agissent en même temps sont indispensables. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas eu de résultats réels après deux mois des campagnes menées par la coalition. Ce n’est donc pas vrai que les frappes de la coalition nous aident. Elles nous auraient certainement aidés si elles étaient sérieuses et efficaces. C’est nous qui menons les combats terrestres contre Daech, et nous n’avons constaté aucun changement, surtout que la Turquie apporte toujours un soutien direct dans ces régions.


- Le 14 juillet 2008, vous étiez à la tribune sur les champs Elysées en marge du sommet de la Méditerranée. Aujourd’hui le gouvernement français vous considère comme un paria, comment vivez vous cette situation?

- Les bonnes relations entre 2008 et 2011 n’étaient pas le résultat d’une initiative française. Il y a eu d’abord les américains qui ont chargé l’administration française à l’époque de faire pression sur la Syrie au sujet de l’Iran. Il y a eu ensuite le Qatar qui poussait la France à améliorer ses relations avec la Syrie. Entretenir de bonnes relations avec nous n’émanait donc pas d’une volonté indépendante de la France. Aujourd’hui, les choses n’ont pas changé. Hollande, comme Sarkozy, n’agit pas de son propre gré.


- François Hollande continue de vous considérer comme un adversaire, est-ce que vous pensez qu’à un moment le contact pourra être renoué ?

- Ce n’est pas une question de relations personnelles. D’ailleurs je ne le connais même pas. Il s’agit de relations entre Etats et institutions, et dans l’intérêt des deux peuples. Nous traiterons avec tout responsable ou gouvernement français dans l’intérêt commun. Mais l’administration actuelle œuvre à l’encontre des intérêts de notre peuple et de ceux du peuple français. Je ne suis ni l’ennemi personnel ni le rival d’Hollande. Je pense que c’est plutôt Daech qui est son rival, puisque leurs cotes de popularité sont très proches.


- Oui ou non, y a-t-il aujourd’hui en Syrie des armes chimiques ?

- Non, nous l’avons très clairement déclaré, et lorsque nous avons décidé de renoncer aux armes chimiques, c’était de manière définitive et totale.


- Pourtant le secrétaire d’Etat américain John Kerry vous accuse d’avoir violé le traité en faisant usage de chlore. Est-ce vrai ?

- Vous pouvez trouver du chlore dans n’importe quel foyer syrien. N’importe quelle faction peut l’utiliser. Mais nous, nous ne l’avons pas utilisé, car nous avons des armes conventionnelles plus efficaces que nous employons dans notre guerre contre les terroristes. Nous ne le cachons pas, car c’est notre droit. Ces accusations ne nous surprennent pas. D’ailleurs, depuis quand les américains disent-ils la vérité à propos de la crise syrienne ?!

- Avez vous utilisé des armes chimiques?

- Nous n’avons pas utilisé ce genre d’armes, autrement il y aurait eu des dizaines, voire des centaines de milliers de morts, pas simplement 100 ou 200 personnes, comme on l’a dit l’année dernière, surtout dans des régions peuplées de centaines de milliers, voire de millions de syriens.


- A l’occasion de votre dernier séjour à Paris en novembre 2010, j’avais interviewé votre femme Asma. Est ce que ça vous manque de ne plus pouvoir voyager hors de vos frontières ?

- Je ne suis pas un amateur de voyage, et mes visites n’étaient pas pour faire du tourisme. Ce qui me manque vraiment c’est la Syrie telle quelle était. Ce qui nous manque, bien sûr c’est un monde différent où règnent des relations logiques et morales. Nous avions à l’époque de grands espoirs de développer notre région, de lui assurer une plus grande ouverture intellectuellement. Nous pensions que la France était, par son patrimoine culturel, la mieux placée pour jouer ce rôle avec la Syrie au Moyen-Orient.


- Votre femme se voyait comme une ambassadrice de la modernité, comment vit-elle cette situation, maintenant qu’elle est recluse en Syrie ?

- Comme tous les syriens, comme moi, elle éprouve de la douleur en voyant la destruction et le sang versé. Nous avons de la peine de voir notre pays revenir des décennies en arrière, et devenir un foyer de terrorisme après avoir été parmi les cinq premiers pays sur le plan de la sécurité. Tous les deux, nous sommes navrés de voir l’Occident, qu’on croyait capable d’aider à l’ouverture et au développement, prendre la direction inverse. Pire encore, que ses alliés soient des pays moyenâgeux du Golfe, comme l’Arabie Saoudite et le Qatar.


- On vous décrit comme quelqu’un d’extrêmement proche de ses enfants, comment leur expliquez-vous ce qui se passe dans votre pays le soir en rentrant chez vous ?

- Ce dialogue se déroule dans chaque foyer syrien. Le plus difficile est lorsqu’on a affaire avec des enfants dont la conscience sociale s’est formée durant la crise. Les deux principales questions qu’ils posent sont les suivantes : Comment des gens qui croient ou disent défendre Dieu et l’Islam peuvent-ils tuer et décapiter? C’est une contradiction difficile à expliquer. Les enfants demandent aussi si ces gens-là savent qu’ils se trompent. La réponse est que certains le savent et exploitent la religion à fins particulières, d’autres sont des ignorants qui ne savent pas que la religion c’est le bien, et non le meurtre. Ils nous posent une dernière question : « Pourquoi l’Occident nous attaque et soutient les terroristes ? ». Ils ne parlent évidemment pas de l’Occident en tant que tel, mais évoquent des pays précis comme les États-Unis, la France, la Grande Bretagne. « Pourquoi agissent-ils de la sorte ? Est-ce qu’on leur a fait du mal ? ». Nous leur expliquons alors que les peuples c’est une chose, et les Etats, c’en est une autre.


Source : Agence arabe Syrienne d'Informations (SANA)
http://www.sana.sy/fr/?p=18018

 

 

 

Sur le même sujet


1 - "Bachar El-Assad : les coulisses de l’interview" : voir la vidéo sur

 AGORAVOX
 


2 - Lire les articles de Salam-Akwaba référencés sur la page suivante

 La Syrie depuis 2011

 

 

Barre fin article

 

 

 

 

 

Repost 0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 19:00

 

Les Vendanges - Tapisserie de Jean Lurçat - 1959
Vendanges - Tapisserie de Jean Lurçat (1959)



 

 

 

n ce jour, où Salam-Akvaba fête ses cinq ans,
   je suis heureuse de souhaiter à toutes et à
   tous ici :"Bienvenue, Salam, Akwaba, Welcome !"

Je remercie chaleureusement toute l'équipe d'Overblog pour
l'accueil de Salam-Akwaba et pour ses voeux bien sympathiques
de joyeux anniversaire.

Voilà cinq ans, en effet, Salam-Akwaba débutait sur la Toile.
J'ai pu ainsi exprimer librement ce qui me tient à coeur, mes
interrogations, mes indignations mais aussi mes émerveillements,
soutenir modestement quelques "combats", me documenter
sérieusement pour offrir des points de vue alternatifs, des références fiables.

Un grand merci à mes fidèles lecteurs, et aux visiteurs de passage, amis connus et inconnus : découvrir leur intérêt à travers leurs commentaires m'est un plaisir et un encouragement à continuer.
Je suis étonnée et agréablement surprise de recevoir aussi des messages
de lecteurs anglophones.

Ma gratitude à toutes et à tous, et à ma fille Catherine, sans laquelle
je ne me serais pas lancée dans cette aventure passionnante :
la création d'un Blog.
 

 
Deu vos guard !
 

 

 


En juillet avant les vendanges en Pays Catalan

Septembre est le mois des vendanges en Pays Catalan, dans le Roussillon. Pour illustrer cette page anniversaire et inaugurer la nouvelle adresse du Blog, j'ai donc choisi une photo de cette somptueuse tapisserie :
"Vendanges" de Jean Lurçat (1892-1966), peintre français, céramiste et
créateur de tapisseries.
A Sant Vicens (près de Perpignan), où a souvent séjourné cet artiste émérite, sont exposées plusieurs de ses merveilleuses tapisseries.
 

 

La nouvelle adresse du Site hébergé par OverBlog :

www.salam-akwaba.fr
 

 

Barre fin article





Barre fin article

Repost 0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 19:32

 

 

 Croissant lunaire Aïd el-Fitr
Croissant de Lune - 30 Ramadan 1435
Image source : http://www.tsa-algerie.com/wp-content/uploads/2014/07/croissant-lunaire-ramadan-790x347.jpg

 

 

 

 

Aujourd'hui dans la plupart des pays musulmans en l'an 1435 de l'Hégire, ce
lundi 28 juillet 2014, c'est l'Aïd el-Fitr fête de la rupture du jeûne du mois de
Ramadan.
Au Maghreb on nomme aussi cette fête "Aïd es-Seghir" qui signifie "la petite fête" ; la grande fête est celle du Sacrifice d'Abraham ou "Aïd el-Kebir".
Au sujet de ces deux principales fêtes de la foi chez les Musulmans, on peut lire les articles suivants parus en 2012 et 2013 :

* Bonne Fête de l'Aïd el-Kebir à tous les Musulmans du Monde

* Aïd el-Fitr 8-9 août 2013 : message du Pape François aux Musulmans

 

 

 

 

Année après année, fête chréienne ou musulmane après fête, je ne cesse de prier pour la Paix sur notre Terre...
Depuis le début de ce siècle, il semble que les dirigeants d'Occident ne pensent qu'à semer le chaos.
En ce moment, les constats sont amers :
- A Gaza, ou une fois encore Tsahal, l'armée du gouvernement sioniste se
déchaîne depuis plus de quinze jours... Un millier de morts ou plus sans compter les blessés, Gaza dévastée comme en 2009.
- Dans l'Est de l'Ukraine se déroule un guerre fratricide à l'initiative de
Washington : les morts et les exactions ne se comptent plus.... Le vol MH17 de
Malaysia Airlines, abattu par un missile, en a "fait les frais" : pulvérisé avec 298 victimes innocentes dont quelques dizaines d'enfants.
Dans ces deux pays, l'horreur atteint son paroxysme...
Et malgré toutes ces catastrophes créées par l'Homme et ses perversions, 1l ne faut pourtant se lasser pas de prier. Continuer à espèrer des jours meilleurs, mais aussi chacun selon ses moyens faire tout pour que cela change : dénoncer le mal est à la portée de chacun et sutout ne pas le nier et se tromper
d'adversaire.

Que partout tous les enfants du Monde puissent vivre en paix,
manger à leur faim et s'instruire !

**********

 

 

En ce beau jour de l'Aïd el-Fitr

Bonne Fête à tous les Musulmans du monde
Et à nos amis Badia Jean-Louis et Brahim !

Que le Très-Haut les protège et les bénisse
Toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté…
Que Dieu guide et protège les Croyants
Afin que
La Paix puisse s’instaurer partout
Où règnent la guerre
Le chaos, la misère !
Inch‘Allah !

 

 

 

 

Barre fin article

Repost 0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 13:35

 

L'Arbre de vie de Gustav Klimt
L'Arbre de Vie - Gustav Klimt (1862-1918)

 

 

Barre fin article_300x10


Être ou Avoir… Avoir ou Être…

Dilemme intemporel ? Dilemme existentiel ?
Choix vital, oh, combien difficile en notre siècle où "Mammon mène le Bal"?

Au cours des âges, philosophes, religieux, historiens, sociologues,
psychanalystes, écrivains, humoristes, etc. ... ont disserté, et disserteront
encore sur cette question troublante pour tout un chacun, lorsqu'il réfléchit à cette alternative présente en permanence dans sa vie.

Avant de se pencher sur de doctes écrits, il est bon d'interroger Yves Duteil, moderne troubadour, pour découvrir quels vers lui a inspirés ce thème "Avoir et Être" : Yves Duteil a puisé dans le trésor de notre belle langue maternelle pour écrire le poème transcrit ci-dessous...
Poème aussi plein de simplicité que de subtilité, reflétant quelques unes des
multiples facettes de ces deux verbes incontournables en français.

Barre fin article_300x10


AVOIR et ÊTRE

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son ego.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir.

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
Être en revanche, et c'est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

....Oublie ton passé, qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent pour que ton Futur soit Plus-que-parfait.....

 

 

Barre fin article_300x10



Un clic sur l'image
Yves Duteil chantera pour vous "Avoir et Être"

 

Barre fin article_300x10

 

Cette rose de mon jardin en remerciant de tout cœur
Madame Véronique V. pour l’envoi de ce joli poème d’Yves
Duteil, qui mérite d’être connu et largement diffusé sur la Toile... par courriel… Voici l'apostille jointe à cet envoi :

" Bien loin des contenus humoristiques des envois
habituels, [ce texte offre] un peu de beauté et de
bonheur, pour nous changer de la boue ambiante…

Vive la langue française ! "

 

Barre fin article

 

Repost 0
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 16:52

 


"... Mais vous allez recevoir une force,celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous.
Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie,
et jusqu'aux extrémités de la terre."
A ces mots, sous leurs regards, il s'éleva et une nuée le déroba à leurs yeux...
(Actes 1,8-11 Bible de Jérusalem 2001)

 

 

 

Avec la Fête de Pentecôte s’achève le Temps pascal ou Temps de Pâques. Les liturgies chrétiennes, catholique et orthodoxe, nomment ainsi les cinquante jours qui suivent le Dimanche de la Résurrection du ChristJésus.
La lecture des Evangiles de ce Cycle liturgique permet aux fidèles de "vivre avec les disciples" les quarante jours ,
où Jésus-Christ Ressuscité leur apparaissait…

40... Ce chiffre chargé de tant de symbolisme...

Quarante années passées par les Hébreux à errer au désert et à récriminer contre Yahvé, avant l’arrivée devant la Terre promise, puis la conquête guerrière de celle-ci: terre loin d’être inhabitée
déjà à cette époque antique.
Les premiers livres de l’Ancien Testament racontent cette
extraordinaire épopée : le Livre de l’Exode, le Deutéronome, le Livre de Josué...

Quarante jours passés au désert par Jésus avant d’aborder sa vie publique. Cette retraite au désert de Jésus et la voie qu'elle nous enseigne sont toujours d'actualité ; elle est à l'origine du Carême précédant la Semaine Sainte et la Vigile pascale chez les Catholiques. Cf. "Mercredi des Cendres" et "Carême"


Alléluia ! Christ est ressuscité au matin de Pâques… Quarante jours vont suivre, que Jésus-Christ passe avec ses disciples dans la joie de la Résurrection, avant de rejoindre Dieu le Père, au jour de l’Ascension évoquée dans ces deux articles :
"Fête de l'Ascension du Christ"
Et "L'Ascension de Jésus-Christ"


Sept semaines après Pessah, la Paque juive, lorsque Jésus est crucifié la veille du Sabbat et ressuscité à l’aube du troisième jour, c’est Shavouot l’une des trois fêtes de pèlerinage obligatoire au Temple. Les apôtres et les disciples sont donc à Jérusalem.
Depuis que Jésus-Christ les a quittés en leur
assurant :
"Et voici que moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Vous donc, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la force d’en-haut" Luc 24, 49.

Luc précise quelle est cette « force d’en-haut » dans le prologue des Actes des Apôtres en 1, 8 :
"Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre."

Les Apôtres sont dans l’attente.
Sept semaines après la Paque, c’est Shavouot, la Fête juive des Semaines qui rassemble à Jérusalem une grande foule cosmopolite : tous les juifs du pays et de la diaspora, des craignant-Dieu, des étrangers, des soldats romains… Et c’est lors de ces réjouissances populaires et religieuses que Dieu envoie son Esprit l’Esprit Saint promis par le Christ, sur les Apôtres et disciples réunis au
Cénacle.



… Alors les Apôtres qui n’osaient plus afficher leur foi depuis le supplice et le départ de Jésus, ne craignent plus rien ni personne.
C’est le début d’une belle aventure, celle de la naissance de l’Eglise communauté des fidèles de Jésus-Christ.
Luc relate tous ces événements dans "Les Actes des Apôtres".

Ce miracle de la Pentecôte est évoqué sur ce site dans
"Fête de la Pentecôte"

Et "Pentecôte : la naissance de l’Eglise au souffle de l’Esprit Saint"


Le don mystérieux du Paraclet reçu à la Pentecôte il y a deux mille ans, se renouvelle sans cesse depuis : il fait vivre la Chrétienté, mais aussi tous les Croyants et tous les hommes de bonne volonté, "aux mains innocentes, au cœur pur." (Cf. Psaume 24, 4)

Veni Sancte Spiritus !
Viens, Esprit-Saint, pénètre le cœur de tes fidèles !
Qu’ils soient brûlés au feu de ton amour !
Alléluia!



En ce jour de joie,
Où l'Esprit Saint est descendu sur les Apôtres,
Envoie, Seigneur, ton Esprit :
Il fera toute chose nouvelle.



 

En ce dimanche 8 juin 2014 de la Solennité de la Pentecôte, nous avons prié et loué Dieu pour le don de son Esprit :

Répands, Seigneur, ton Esprit Saint
Sur l'immensité du monde et sur toute notre humanité.
Qu'il continue son oeuvre d'amour dans le coeur des Croyants!
Ô Seigneur, toi qui ne fais nulle différence entre les hommes,
Que ton Esprit touche le coeur de chacun pour qu'y fleurissent l'amour, la sagesse,
l'intelligence, la justice et qu'enfin sur notre Terre règne la Paix !
Nous t'en prions Toi Notre Dieu !
Par la foi des Apôtres, nous croyons que l'Esprit du Seigneur remplit l'univers, et lui, qui englobe toutes choses, sait se faire compremdre des hommes de toutes langues.
Alléluia !


 

 

 

Barre fin article

 

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 20:21

 

 

Arcabas Les Pèlerins d Emmaüs centre
Or, quand Il se fut mis à table avec eux... (Luc 24, 30)

 

 

 

 

Ne sommes-nous pas, pélerins sur la terre,
comme les deux disciples d'Emmaüs ?
Combien de temps, combien de signes
nous faut-il pour reconnaître Celui qui, depuis toujours,
chemine à nos côtés et jamais ne nous abandonne ?

 

 

 

aint Luc raconte, dans son Evangile (Luc 24, 13-35), la bouleversante rencontre que firent deux pèlerins revenant de
Jérusalem après le supplice Jésus,leur Rabbi, prélude sanglant à la Paque juive.

C'était au soir du troisième jour suivant la mort ignominieuse de Jésus, qu’ils croyaient être le Messie venu délivrer Israël…
Ils allaient vers Emmaüs, le cœur lourd plein de tristesse et d'amertume. Tout était fini, plus d’espoir : Jésus, leur ami, dérangeait les chefs religieux et
politiques du pays ; le peuple versatile de Jérusalem, qui l'acclamait quelques jours plus tôt, lui préféra Barrabas... Tous se sont accordés et l’ont fait mourir sur une croix comme un malfaiteur la veille du Sabbat pascal…

Les deux disciples cheminaient avec accablement, ressassant douloureusement les événements de ces derniers jours... Et voilà qu’un inconnu se joint à leur marche sur le Chemin d’Emmaüs…

Voici le récit, selon Luc, de cette fabuleuse rencontre, dont Jean Guitton a dit :

« S’il fallait donner tout l’Evangile pour une seule scène où il soit tout entier
résumé, je n’hésiterais guère,je désignerais les disciples d’Emmaüs. »

 

 

 

Bible de Jérusalem, Lc 24,13-35

 

13 Et voici que, ce même jour, deux d'entre eux faisaient route vers un village du nom d'Emmaüs, distant de Jérusalem de soixante stades,
14 et ilsconversaient entre eux de tout ce qui était arrivé.
15 Et il advint, comme ils conversaient et discutaient
ensemble, que Jésus en personne s'approcha, et il faisait route avec eux ;
16 mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
17 Il leur dit :"Quels sont donc ces propos que vous échangez en marchant ?"Et ils s'arrêtèrent, le visage sombre.

18 Prenant la parole, l'un d'eux, nommé Cléophas, lui dit :
"Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci !"
19 "Quoi donc ?" leur dit-il. Ils lui dirent : "Ce qui concerne
Jésus le Nazarénien, qui s'est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,
20 comment nos grands prêtres et nos chefs l'ont livré pour être condamné à mort et l'ont crucifié.
21 Nous espérions, nous, que c'était lui qui allait délivrer
Israël ; mais avec tout cela, voilà le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées !
22 Quelques femmes qui sont des nôtres nous ont, il est vrai, stupéfiés. S'étant rendues de grand matin au tombeau
23 et n'ayant pas trouvé son corps, elles sont revenues nous dire qu'elles ont même eu la vision d'anges qui le disent vivant.
24 Quelques-uns des nôtres sont allés au tombeau et ont
trouvé les choses tout comme les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l'ont pas vu !"

25 Alors il leur dit :"O cœurs sans intelligence, lents à croire à tout ce qu'ont annoncé les Prophètes !
26 Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ?"
27 Et, commençant par Moïse et parcourant tous les
Prophètes,il leur interpréta dans toutes les Écritures ce qui le concernait.

28 Quand ils furent près du village où ils se rendaient, il fit semblant d'aller plus loin.
29 Mais ils le pressèrent en disant :"Reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme.". Il entra donc pour rester avec eux.
30 Et il advint, comme il était à table avec eux,
qu'il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna.
31 Leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent... mais il avait disparu de devant eux.
32 Et ils se dirent l'un à l'autre :"Notre cœur n'était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en
chemin, quand il nous expliquait les Écritures ?"

33 A cette heure même, ils partirent et s'en retournèrent à Jérusalem.
Ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons,
34 qui dirent :"C'est bien vrai ! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon !"
35 Et eux de raconter ce qui s'était passé en chemin, et
comment ils l'avaient reconnu à la fraction du pain.

 


 

 

ette manifestation du Christ ressuscité auprès de deux disciples désespérés revêt un sens profond pour les chrétiens d’hier, et d’aujourd’hui, ceux qui "croient sans avoir vu" et ceux dont la foi défaille devant les guerres, les catastrophes de notre époque, de cette "mondialisation de l’indifférence" que dénonce le Pape François.
Sa signification théologique est aussi très riche, comme le remarque le Pape
Benoît XVI dans son commentaire des versets cités :

"Ce superbe texte de l'évangile contient déjà la structure de la Sainte Messe : dans la première partie, l'écoute de la Parole à travers les Saintes Écritures ; dans la deuxième, la liturgie eucharistique et la communion avec le Christ présent dans le Sacrement de son Corps et de son Sang."

Cet Evangile des Disciples d’Emmaüs est proclamé lors d’une messe pendant
l’Octave de Pâques : ces huit jours, qui suivent la Veillée pascale, prolongent, dans la liturgie de la messe, la joie de la Résurrection du Christ célébrée le
Dimanche de Pâques.
Cette année, c'était celui du Mercredi de Pâques le 23 avril 2014.
Cet Evangile est aussi celui du 3é Dimanche de Paques : il est source de
fructueuses méditations pour les chrétiens.

Ces versets illustrent bien le sens de Pâques, ou pessah en hébreu, qui signifie passage, car en effet ils parlent de "passages" :
- le passage pour Jésus Christ de la mort à la Vie,
- différents passages et retournements pour les deux disciples sur le Chemin d'Emmaüs après la rencontre inouïe avec Jésus-Christ.

Repliés sur eux-mêmes, désespérant de tout, leur esprit et leurs yeux sont
fermés : ils ne reconnaissent pas Celui qui fait route avec eux. Séduits par la conversation de ce compagnon inattendu, qui explique si bien les Ecritures, ils l'invitent à rester avec eux...
Lors du repas, tout change pour les deux disciples :
leurs yeux s'ouvrent, ils le reconnaissent à la fraction du pain qu'ils avaient dû vivre avec Jésus lors de la Cène... Mais Il disparaît de devant eux.
Ils quittaient Jérusalem, ayant abandonné toute espérance, voilà que cette
rencontre avec le Ressuscité a bouleversé leurs pensées, renouvelé leur foi en
Jésus : c'est sur le champ, le "cœur tout brûlant d'amour" qu'ils font demi-tour vers Jérusalem pour être témoins de la Résurrection.

 

 


 

Puisse chaque chrétien redécouvrir
la grâce de la rencontre avec le Seigneur ressuscité,
qui nous accompagne sur nos "chemins d’Emmaüs"
pour éclairer et transformer nos vies !

 


 

 

Mise à jour du vendredi 9 mai 2014

 

 

OTES



  • 1 - Arcabas est le nom d'artiste sous lequel est connu Jean-Marie Pirot, né le 26 décembre 1926 à Trémery en Moselle. C'est l'un des maîtres de l'art sacré contemporain. Peintre, sculpteur, verrier, coloriste, en artiste accompli et polyvalent il s'est investi totalement dans l'embellissement de l'église Saint-Hugues-de-Chartreuse qui est, à elle seule, une
    merveilleuse oeuvre d'art :
    Pour une visite virtuelle de cette église, CLIQUER sur le tableau publié, en début d'article.
    Cette peinture appartient au ccycle de tableaux sur le thème d'Emmaüs ornant les murs de l'église.
    - Arcabas a rélisé en 2006, une Huile sur toile (160/130 cm) sur le même thème, pour la
    Maison de Lorette à Lyon :
    Cf.http://www.liturgiecatholique.fr/local/cache-vignettes/L350xH263/Arcabas_disciples-Emmaus-b39c3.jpg
    - Le site Croire donne des détails biographiques pleins d'intérêt, en particulier l'origine
    pitoresque du pseudonyme "Arcabas" :
    Cf.http://www.croire.com/article/index.jsp?docId=7507&rubId=237

  • 2 - Jean Guitton (1901-1999) est un philosophe et écrivain français. C'est l'un des plus grands penseurs catholique moderne. C'était un ami personnel du Pape Paul VI.Il fut le
    premier participant laic au Concile Vatican II : Cf.http://agora.qc.ca/dossiers/Jean_Guitton
    La citation de Jean Guitton figure à la page 433 de son livre "Jésus" paru en 1956 chez
    Grasset.

  • 3 - Le chapitre 24 de l'Evangile de Saint Luc est consacré aux apparitions de Jésus Christ
    Réssuscité et s'achève par son Ascension

  • 4 - Ainsi que le souligne Benoît XVI, dans son commentaire des versets relatant cette
    merveilleuse rencontre faite par des disciples "en perdition", sur la route d'Emmaüs, la
    structure de ce récit préfigure le déroulement de la Messe :
    v 15-24 l'Accueil / v 25-27 Liturgie de la Parole / v 28-31 Eucharistie / v 32-35 L'Envoi
    Benoît XVI a prononcé cette homélie en 2008 le 6 avril,3e dimanche de Pâques
    Cf. http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0604087_angelus

  • 5 - Emmaüs : il y a beaucoup d'incertitude sur la localisation géographique de ce village
    d'Emmaüs guère cité dans la Bible que par Luc: il serait identifié comme Emmaüs Nicopolis ; cet Emmaüs de la vallée d'Ayalon dont le nom apparaît pour la première fois en 165 av. J.-C.
    Dans le 1er livre des Maccabées (4, 1-27) est narrée l'écrasante victoire de Judas Maccabée, chef des Juifs, sur l'armée du gouverneur Lysias de Syrie, qui avait envahi la Judée et
    campait prés d'Emmaüs. Cet antique exemple d'envahisseurs vaincus par Judas Maccabée était-il toujours vivant dans la mémoire collective juive à l'époque de Jésus ? On ne sait: Les deux disciples s'inspiraient-ils de cet illustre ancêtre pour se plaindre ainsi :
    21Nous espérions, nous, que c'était lui qui allait délivrer Israël" ?
    Emmaüs était-il un nid de zélotes, ces activistes juifs qui combattaient les Romains ?
    Devant ce qui était, à vue humaine, l'échec de Jésus, ces deux disciples s'apprêtaient-ils à rejoindre les zélotes ? Personne ne le saura jamais... Mais voilà que Jésus marche à leurs
    côtés sur ce chemin d'Emmaüs... Tout est bouleversé : ils tournent le dos à toutes les
    tentations pour témoigner et suivre le Christ.

  • 6 - Les pélerins d'Emmaüs ont inspiré de très nombreux artistes au cours des âges. Ils ont été représentés sur des mosaïques, en peinture, en sculpture, en vitrail...
    - Parmi d'autres sites, CEDIDOCA le Centre diocésain de documentation catéchétique donne un aperçu des oeuvres de ce thême.
    - Parmi les plus célèbres, deux tableaux de Rembrandt sont exposés à Paris, l'un au Louvre et l'autre au Musée Jacquemart-André.

    - Cet épisode de la vie de Jésus transmis par Luc l'évangéliste, illustré par tant d'artistes chrétiens est source de méditation mais aussi de contemplation et de recueillement...
    Ce texte décrit une "une mission en acte" de Jésus,qui porte du fruit : les deux disciples qui fuyaient Jérusalem vers Emmaüs, y retournent pour témoigner de leur foi raffermie... Jésus disparait de leur vue et leur permet ainsi d'intérioriser sa présence en eux...
    Ils prennent alors conscience que Jésus vivant les accompagne "autrement".

    - Il n'est pas possible de citer toutes les réflexions, les prédications sur un sujet aussi riche de sens pour tous les chrétiens.
    Voici comment un Pasteur baptiste actualise dans nos vies de chrétens l'expérience vécue au soir de la Résurrection, sur le Chemin d'Emmaüs, par deux disciples dans la peine :
    http://www.eglisebaptiste.fr/resources/chemin_Emmaus_16012011.pdf

 

 

Barre fin article

 

Repost 0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:36

 

 


"L'Esprit de Dieu planant sur les eaux" Simon Mathurin Lantara (1729-1778)- Huile sur toile (1752)

 

 

 

 

Comment parler de Dieu en ce XXIe siècle, dont André Malraux aurait dit :

Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas.

Comment parler de Dieu, ce Dieu Unique auquel croient et se réfèrent quelques milliards d'êtres humains dans le monde ? Dieu qu'ils perçoivent et honorent différemment suivant leur religion...
Jésus-Christ est venu partager notre humanité,il y a deux mille ans sur la Terre de Palestine, cette Terre Sainte déchirée, mise à feu et à sang depuis bientôt un siècle (Cf.:Fin de la 1ère Guerre mondiale)... Que reste-t-il de son message d'amour universel à notre époque ? Comment peuvent en parler ceux qui
s'efforcent d'en vivre dans ce monde "déboussolé" ? .
De nos jours, comment parler de Dieu, de l'héritage spirituel légué par les
Evangiles ?
Comment transmettre ce qui, pour nous, est source de joies en dépit de la désespérance ambiante ? Tant il est vrai que ce siècle, en ses premières années, est loin de réaliser la "prophétie" de Malraux pour le moment.

Fabrice Hadjadj , né en 1971, qui se présente comme "juif de nom arabe et de confession catholique" est professeur de philosophie, dramaturge et
essayiste.

Converti au catholiscisme en 1998, il propose des pistes au chrétien
d'aujourd'hui pour répondre à ces "Comment ?" Pour partager avec les autres ce qui le fait vivre.

Voilà le fruit de sa méditation :

"Être pour l'autre une parole de Dieu"

Vaste programme, long chemin ouvert devant les pas du chrétien...
Chemin éclairé par la lumère de l'Esprit Saint...

Ne pas oublier que pour partager avec l'autre, il faut être "vrai" soi-même...

 

 

Être pour l'autre une parole de Dieu

La vraie parole jaillit de la vie. C'est donc la vie même qui est en jeu dans la parole sur Dieu. Ce n'est pas une théorie générale, ni
une promotion individuelle, ni un empire mondain.
Avec une théorie, il suffirait de démontrer. Pour un empire, il suffirait d'être matériellement plus fort.
Or il s'agit ici de ce qui saisit votre vie, sans que vous puissiez le saisir. Alors c'est toujours main au feu et pieds dans le tapis.
Vous ne voulez rien oublier de l'Evangile ? Il faut lors qu'à tout instant vous exposiez votre vie.
Le grand psaume 118 le répète :
A tout instant j'expose ma vie, je n'oublie rien de ta Loi
(Ps 118,109)

"Comment parler de Dieu aujourd'hui ?" Il n'y a pas de réponse
technique ou théorique, mais nous avons, chacun de nous,à être une réponse, une réponse que nous ne comprenons pas, mais que nous sommes, en suivant le Verbe sur son chemin de croix (et de joie.
Il ne s'agit plus d'avoir une rhétorique sublime ni de se vanter de n'avoir aucune rhétorique.
L'essentiel n'est pas du côté de l'avoir mais de l'être.
L'essentiel est d'être, avec le Christ, une parole vivante et livrée à
autrui, et donc moins d'avoir une parole sur Dieu que d'être les uns pour les autres une parole de Dieu.

Fabrice Hadjadj

 

SOURCES et LIENS

  • 1 - Simon Mathurin Lantara (1729-1778) peintre paysagiste du XVIIIe siècle, aussi
    talentueux que paresseux semble-t-il...

    Trois articles intéressants :

    - Wikipedia : Diderot écrivit pour lui ces "Vers pour être mis au bas du portrait du pauvre Lantara peintre plein de talens, et mort dans la misère : Je suis le peintre Lantara / La Foi m’a tenu lieu de livre / L’Espérance me faisait vivre / Et la Charité m’enterra. Quatrain pour S-M Lantara

    - Simon Mathurin-Lantara, précurseur de l’école de Barbizon ? ICI

    - Une image du Tétragramme hébreu théophore sur le blog Salam-Akwaba :
    http://salam-akwaba.over-blog.com/article-par-dela-les-dogmes-45518088.html

  • 2 - Fabrice Hadjadj philosophe français - Wikipedia publie une biographie de ce jeune écrivain philosophe contemporain aux multiples facettes.

    - En 2013, il obtient le prix "Spiritualités d'aujourd'hui" pour son livre Comment parler de Dieu aujourd’hui.
    Lire les propos recueillis à cette occasion par Marie-Lucile Kuback pour le journal
    "La Vie"
    en mars 2013

    - Méditation publiée sur MAGNIFICAT , Décembre 2013 - N° 253 page 203

 

 

 

Barre fin article

Repost 0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 15:45

 

Kiev le 21 janvier 2014 : les manifestants 'pacifiques' transforment un policier en torche vivante...
 

 


 

 


 

 

Roland Marounek (Comité de Surveillance OTAN), vient de diffuser cette [alerte_otan] relative à la situation en Ukraine.
Il s'agit plus précisément de la dernière conversation téléphonique de Victoria Nuland, secrétaire d'Etat adjoint pour les affaires européennes et eurasiennes au Département d'État des États-Unis et de l'ambassadeur US en Ukraine. Cet entretien - intercepté (par ?) - est disponible sur YouTube en anglais.
Depuis l'apparition de cette vidéo, les médias européens ne retiennent que les propos grossiers de Victoria Nuland à l'encontre de l'EU, occultant ainsi le fond de sa discussion.
Roland Marounek, en veilleur hors pair, signale que le Réseau Voltaire en donne une retranscription complète. Ce document montre quels sont les véritables
enjeux ukrainiens pour Washington et comment les Etats-Unis, en adeptes de l'ingérence tous azimuts opèrent en Ukraine ... Dans les coulisses et même, sans vergogne, à visage découvert.

 


 

 

 

 

L’apparition sur YouTube d’une conversation interceptée entre l’assistante du secrétaire d’État Victoria Nuland et son ambassadeur en Ukraine a soulevé un vif conflit entre Washington et Bruxelles. Cependant l’important est ailleurs : la conversation montre que les États-Unis ne sont pas intéressés par les slogans officiels des manifestants de la place Maidan (le rattachement à l’Union européenne), mais qu’ils œuvrent pour changer le régime, placer un homme à eux au pouvoir, et répandre les troubles.

 

Réseau Voltaire | 7 février 2014


 

 


Victoria Nuland et l’ambassadeur Geoffrey R. Pyatt, venus
apporter leur soutien aux manifestants de la place
Maidan.


 

Vous trouverez ci-dessous la traduction d’une conversation téléphonique entre Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État des États-Unis, et Geoffrey R. Pyatt, ambassadeur US en Ukraine.

Cette conversation aurait été interceptée entre le 22 et le 25 janvier 2014. Elle est apparue mystérieusement sur YouTube, suscitant d’abord un démenti du département d’État. Puis, le scandale prenant de l’ampleur après la publication d’un article du Kyiv Post, Victoria Nuland a présenté ses excuses à l’Union européenne, tout en suggérant que l’interception aurait pu être le fait des services secrets russes qu’elle a accusé d’avoir violé une conversation privée —une remarque distrayante de la part d’un État qui espionne la quasi-totalité des communications dans le monde—.

Victoria Nuland est une diplomate néo-conservatrice, épouse de
l’historien Robert Kagan. Elle fut la principale conseillère en politique étrangère du vice-président Dick Cheney, avant d’être nommée par George W. Bush, ambassadrice auprès de l’Otan. Hillary Clinton en fit sa porte-parole au secrétariat d’État, puis John Kerry son assistante pour l’Europe et l’Eurasie. C’est elle qui dirige les opérations de déstabilisation de l’Ukraine.

Dans cette conversation, elle donne, dans un anglais trivial, instruction pour répondre à la proposition faite par le président Ianoukovytch de
laisser l’opposition constituer un gouvernement. Il faut, selon elle, placer
Arseni Iatseniouk, maintenir Wladimir Klitschko hors jeu, et écarter le
leader nazi Oleh Tyahnybok qui devient encombrant.

Au passage, on apprend que l’ancien diplomate états-unien, Jeffrey
Feltman, aujourd’hui secrétaire général adjoint des Nations Unies, nomme qui il veut à l’Onu et utilise cette organisation pour donner un vernis légal aux actions secrètes des USA. En l’occurrence, il a pu nommer comme
représentant de l’Onu, le Néerlandais Robert Serry, ancien responsable des « opérations » de l’Otan.

En définitive, les choses ne sont pas passées comme prévues et l’opposition n’a pas formé de gouvernement.

* * *

 



 

 

Victoria Nuland : Que pensez-vous ?

Geoffrey R. Pyatt : Je pense que nous jouons. La pièce Klitchko est évidemment l’électron le plus compliqué ici, en particulier le fait qu’on l’ait annoncé comme vice-Premier ministre. Vous avez vu mes notes sur la difficulté du mariage en ce moment, nous essayons d’obtenir une lecture très rapide pour savoir s’il fait partie de l’équipe. Mais je pense que votre raisonnement à son sujet, que vous aurez besoin de lui dire —je pense que c’est le prochain coup de téléphone que vous souhaitez organiser— est exactement celui que vous avez fait à Yats [surnom de Iatseniouk]. Je suis heureux que vous l’ayez mis sur la sellette (...) Il s’inscrit dans ce scénario. Et je suis très heureux qu’il a dit ce qu’il a dit.

Victoria Nuland : Bon. Je ne pense pas que Klitsch [surnom de Klitschko] devrait être dans le gouvernement. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire, je ne pense pas que ce soit une bonne idée .

Geoffrey R. Pyatt : Oui, je veux dire… je suppose… Pour ce qui est de sa non-participation au gouvernement, je serais d’avis de le laisser en dehors pour qu’il se consacre à ses obligations politiques. Je ne fais que réfléchir , pour trier les options pour avancer, nous voulons garder ensemble les démocrates modérés. Le problème sera avec Tyahnybok et ses gars. Et, vous savez, je suis sûr que cela fait partie du calcul de Ianoukovytch.

Victoria Nuland : Je pense Yats, c’est le gars. Il a de l’expérience économique et de l’expérience de gouverner. C’est le gars. Vous savez, ce qu’il a besoin , c’est que Klitsch et Tyahnybok restent à l’extérieur. Nous aurons besoin de leur parler quatre fois par semaine. Vous savez, je pense juste que si Klitchko entre, il va devoir travailler à ce niveau avec Iatseniouk, c’est juste que ça ne va pas marcher…

Geoffrey R. Pyatt : Ouais, ouais , je pense que c’est vrai. Ok , bon. Souhaitez-vous que nous organisions un appel avec lui comme prochaine étape ?

Victoria Nuland : Ma conception de l’appel dont vous parlez, c’est que les trois grands participent à leur propre réunion et que Yats leur propose dans ce contexte. Vous le savez, une conversation « trois plus un » ou « trois plus deux » si vous participez. C’est ainsi que vous le comprenez ?

Geoffrey R. Pyatt : Non, je pense que c’est ce qu’il a proposé, mais connaissant leur dynamique interne lorsque Klitchko était le chien dominant, il va prendre son temps avant de se pointer à une de leurs réunions et doit déjà être en train de parler à ses gars. Donc je pense que si vous vous adressiez directement à lui, cela aiderait à faire de la gestion de personnalités parmi les trois. Ce la vous donne également une chance d’agir vite sur tout cela et nous permettra d’être derrière avant qu’ils s’assoient et qu’il explique pourquoi il n’est pas d’accord.

Victoria Nuland : Ok. Bon. Je suis heureuse. Pourquoi ne le contacteriez-vous pas pour voir si il veut parler avant ou après.

Geoffrey R. Pyatt : Ok, je vais le faire. Merci.

Victoria Nuland : Je ne me souviens pas si je vous ai dit ou si je n’en ai parlé qu’à Washington : quand j’ai parlé à Jeff Feltman ce matin, il avait un nouveau nom pour le type de l’ONU : Robert Serry. Je vous ai écrit à ce sujet ce matin.

Geoffrey R. Pyatt : Oui, j’ai vu cela.

Victoria Nuland : Ok. Il a obtenu aujourd’hui, à la fois de Serry et de Ban Ki-moon, que Serry vienne lundi ou mardi. Ce serait formidable, je pense, ça aiderait à souder ce projet et d’avoir l’aide de l’ONU pour le souder et, vous savez quoi, d’enculer l’Union européenne.

Geoffrey R. Pyatt : Non, exactement. Et je pense que nous devons faire quelque chose pour le faire coller à nous, parce que vous pouvez être sûre que s’il commence à prendre de l’altitude, les Russes vont travailler dans les coulisses pour essayer de torpiller. Et encore une fois le fait que c’est sur la place publique en ce moment, dans ma tête, je suis encore à essayer de comprendre pourquoi Ianoukovytch (…) ça. En attendant, il y a actuellement une réunion d’un courant du Parti des Régions et je suis sûr qu’il y a un débat très animé dans ce groupe à ce sujet. Mais de toute façon , nous pourrions faire tomber la crêpe du bon côté si nous nous agissons rapidement. Alors laissez- moi travailler sur Klitschko et si vous pouvez juste conserver… Je pense que nous devrions juste chercher à trouver quelqu’un avec une personnalité internationale pour accoucher de notre projet. L’autre question concerne Ianoukovytch, mais nous en reparlerons demain, nous verrons comment les choses commencent à se mettre en place.

Victoria Nuland : Donc, sur ce point, Jeff, quand j’ai écrit
la note, Sullivan [1] m’a répondu d’une manière très formelle en disant que j’avais besoin de Biden et j’ai dit probablement demain pour les bravos et pour réussir à faire coller les détails. Donc, Biden est prêt.

Geoffrey R. Pyatt : Ok. Très bien, merci.

Source
Oriental Review

[1] Jacob Sullivan, qui avait été conseiller de Joe Biden, est un des négociateurs du Conseil de
sécurité nationale des États-Unis.

Réseau Voltaire

 

 



 

SOURCES

Article de Réseau Voltaire : http://www.voltairenet.org/article182063.html

Video : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sSx8yLOHSUs

 

 

Barre fin article

Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 14:29

 

*** Ce titre :"A nouvel an, nouvel élan" est une citation de Christelle Heurtault, cofondatrice d'EVENE, figurant sur la carte de voeux "Mon coin de Jardin"
envoyée du Canada par Brahim, notre ami.***

 

Josephine Wall - Catching Wishes

En ces premiers jours de l’An de grâce 2014
Salam-Akwaba vous présente
Ses Meilleurs vœux

Deu vos guard !




 

Un siècle après la 1ère Guerre mondiale - elle devait être la "der des der" -
à l’aube de cette nouvelle année, oserions-nous espérer qu’un élan de fraternité et de paix anime tous les Peuples de la Terre, pour faire échec aux visées
guerrières de bon nombre de leurs dirigeants qui, depuis des lustres, mettent à feu et à sang tant de contrées étrangères.

Experts, et autres Cassandre, rivalisent de prédictions sinistres et
apocalyptiques pour 20141, fondées sur les événements et les désastres en tous genres frappant les peuples de la Terre de façon discriminatoire et injuste,
depuis le début de ce siècle. Bien, qu’année après année, nos voeux, nos prières, nos espoirs ne varient guère à réclamer plus de justice, de vérité, de fraternité, de paix entre tous les hommes, ces aspirations ne semblent être exhaussées "qu’au compte-gouttes"2: une fois encore redonnons de l’élan à notre agir pour que notre espérance d’une vie meilleure pour tous ne soit pas vaine.

 


Cultivons "notre jardin d’amour au quotidien"
comme nous le propose joliment
Laurent Ayçaguer3
avec ses souhaits pleins de chaleur et d’allant:

 

Puisqu’il faut sauver notre terre
Puisque notre monde tourne à l’envers
Puisqu’on nous garantit l’enfer
Comme le formulait si bien Voltaire…
Il faut cultiver notre jardin,
Il faut cultiver notre jardin.

Puisqu’il faut sauver la planète
Puisque l’écorce n’est plus aussi verte
Puisqu’on nous promet la disette
Alors pour ce nouvel an je vous souhaite…
Des pluies de fraternité
Des moussons de charité

Des tempêtes de plaisir
Des ouragans de fous rires

Des tornades de bonheur
Des épidémies de fleurs

Des rivières d’abondance
Des océans d’espérance

Des regains d’humanité
Des potagers de respect

Des boutures de je t’aime
Et des vergers de poèmes.

Puisqu’il faut sauver la nature
Puisque l’avenir se vêt de parjure
Puisqu’on nous promet les brûlures
Au creux de l’oreille moi je murmure…
Il faut cultiver notre jardin
D’amour au quotidien !

Il faut cultiver notre jardin
D’amour au quotidien…


Laurent Ayçaguer

 



NOTES

 

  • 1 - Quels risques pour 2014 ?
    Une piste ici en cliquant sur la vignette ci contre :

  • 2 - Année après année, nos désirs de paix ne sont pas exhaussés : la misère et la guerre règnent dans de nombreux pays, dans le silence lorsque ce n'est pas avec la complicité de l'Occident.

    - Les Cartes de voeux des années précédentes sont ICI

    - Un exemple, parmi tant d'autres, que rien ne change dans certaines parties du monde : juillet 2012 et aujourd'hui...
    Comparer le sort des enfants palestiniens...

  • 3 - Laurent Ayçaguer est un écrivain poète contemporain dont les oeuvres sont publiées par les Editions Non Verbal

    - Son Site offre un choix de voeux pleins d'humour.

    - Le Portail aquitain des professionnels de l'écrit, de l'image et de la musique écla Aquitaine publie une petite note biographique et un portrait de Laurent Ayçaguer.

  • 4 - Josephine Wall est Anglaise, artiste peintre et scupteur de talent.
    Plusieurs de ses tableaux ont été publiés par Salam-Akwaba, ainsi que des
    informations et des liens relatifs à J.Wall : Cf. Enfin le Pritemps...

 

 

Barre fin article

Repost 0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 22:36


 

 


 

 


 

Reçue dimanche 15/12/2013 de la part de Roland Marounek (Comité de
Surveillance OTAN)
, cette [alerte_otan] relative aux événements qui enfièvrent Kiev, depuis que l'Ukraine n'envisage plus les accords avec l'UE.

Je livre à la réflexion des visiteurs l'article, publié le 12/12/2013 sur "Indian Punchline - Reflections on foreign affairs", par M K Bhadrakumar
diplomate indien, ancien Ambassadeur de l'Inde en Ouzbékistan et en Turquie.

Ce diplomate offre une vue d'ensemble sur les événements qui surviennent aux quatre coins du monde à partir de l'un des derniers en date en Ukraine. Ces faits, paraissant n'avoir aucun ou peu de lien entre eux, observés, éclairés d'une manière globale, deviennent significatifs. Ils permettent alors d'appréhender ce qui se joue au niveau des gouvernements du monde.

M K Bhadrakumar donne ici un éclairage original sur les relations internationales et les enjeux geopolitiques actuels.
 

Le rideau tombe sur l'ère de la post-guerre froide

http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2013/12/12/ curtain-coming-down-on-post-cold-war-era/

M K Bhadrakumar1, 12/12/13

Le plus grave face à face entre l'Occident et la Russie de la période post-soviétique est en train de se mettre en place . Tout le monde savait dans les deux dernières décennies qu'il y en aurait un - et que la question de l'Ukraine serait finalement le point où les rapports "chat et souris" entre l'Occident et la Russie de l'ère de l' après-guerre froide cèderaient la place à la confrontation.

Pour le dire simplement : si l'Ukraine tombe dans l'orbite du monde occidental , la capacité de la Russie à se défendre contre la pression américaine s'affaiblit, tandis que si l'Ukraine adhère à la Communauté économique eurasienne, la stratégie des Etats-Unis d’encerclement de la Russie tombe en ruine . C'est vraiment aussi simple que cela en termes géopolitiques.

Il est tout à fait évident que les enjeux sont importants pour les deux parties, et l'Occident intensifie la pression pour un changement de régime à Kiev, afin que le président Viktor Ianoukovitch soit remplacé par un homme politique pro-occidental qui permettrait d'orienter le pays irrévocablement vers l'Union européenne et l' OTAN, et amènerait l'alliance militaire occidentale dirigée par les États-Unis aux portes de la Russie. [un peu plus aux portes de la Russie plus exactement, les pays baltes sont déjà dans l’Otan – R.M.]

La semaine prochaine va être critique . Après la réunion surprise de Ianoukovitch avec le président russe Vladimir Poutine la semaine dernière à Sotchi, l'administration Obama prévoit que l'admission officielle de l'Ukraine à la Communauté économique eurasienne (CEE) pourrait être mise sur les rails, puisqu'une réunion du conseil de la CEE doit également avoir lieu à Moscou la semaine prochaine .

Y aura-t-il une nouvelle «révolution de couleur» à Kiev mise en scène par la CIA ?
( http://en.ria.ru/military_news/20131211/185462951/Russia-Warns-of-Nuclear-Response-to-US-Global-Strike-Program.html ),
que Moscou pourrait riposter avec une attaque nucléaire si une nouvelle stratégie militaire US menaçait sa sécurité.

Cela a été répété depuis par le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Sergei Ryabkov, avertissant les Etats-Unis de "conséquences apocalyptiques." Dans un discours important adressé à l'élite des forces armées russes mardi à Moscou, Poutine a mis en garde contre "les tentatives répétées des USA à faire basculer ou à miner l'équilibre stratégique".

Poutine a révélé qu'en 2014 la Russie déploiera "plus de 40 missiles balistiques intercontinentaux de dernière génération." Encore plus important, il a stigmatisé l'Afghanistan et le déploiement du système de défense antimissile US comme une menace à la sécurité de la Russie.

Les tempêtes qui sont en train de se rassembler sur l'horizon eurasien, coïncident avec les tensions dans la région Asie -Pacifique ; ils leur sont liés et émanent de la stratégie globale US. [...]

La mise en place des bases militaires étatsuniennes en Afghanistan, la décision des USA de s'engager avec l'Iran, la tentative saoudienne, soutenue par les USA, de mettre en place un commandement militaire conjoint sur le modèle de l' OTAN (le Conseil de coopération du Golfe) - tous ces développements prennent place dans la toile de fond du 'pivot' US vers l'Asie. [?]

Vous vous rappelez du boycott de l'Occident des Jeux Olympiques de Moscou en 1980 : Le prétexte était alors l'intervention soviétique en Afghanistan. Maintenant préparez-vous à peut-être un autre boycott - les Jeux olympiques d'hiver à Sotchi . L'un des prétextes cette fois est, ironiquement , les lois anti-homosexuels russes. Mais l'Ukraine est l'enjeu.
 

 

+++++

 

(Commentaire alerte_otan)

 

Peut-être intéressant de comparer2 avec la belle histoire de ‘démocratie-liberté-valeurs
européennes’ vs ‘répression-autoritarisme (le modèle russe)’ du journal Le Monde, un expert du genre. Pour ce qui est de la violence des méchants et du pacifisme des gentils,
cf. cette vidéo

 

 


 

 

 

*** Pour aller plus loin

 

  • 1 - M. K. Bhadrakumar est depuis une trentaine d'année diplomate au sein du Service ses Affaires étrangères de l'Inde : Cf. ICI
    - Le site AsiaTimesOnline propose une courte biographie et plusieurs articles actuels de géopolitique (en français) de ce diplomate indien.
    - On peut lire sur Réseau Voltaire "La géopolitique des pipelines à un tournant capital" par Melkulangara K. Bhadrakumar, écrit en 2010.

  • 2 - Dans son commentaire, R. Marounek suggère de lire
    LE MONDE | 11.12.2013 et de comparer.

* Sur le même sujet
- Une analyse de Mario Sommossa, journaliste italien, publié par La Voix de la Russie "Ukraine : pourquoi McCain et Ashton soutiennent les manifestants"

- Le site Réseau International propose un article : "UKRAINE : LES VRAIS ENJEUX" 18/12/20013.

- Strategika51 publie ces jours-ci :
"L’ère des zombies: John Mc Cain en Ukraine…" le 18 décembre 2013
Et le 16 décembre "De l’inconstance de la diplomatie US." à propos des nouvelles sanctions US envers l'Iran en dépit des récents accords de Genève.

- Une dernière information : Le Congrès US menace les policiers ukrainiens de sanctions ! ("mon grain de sel" : l'Administration US adore les sanctions tous azimuts).

- Aujourd'hui, 18 décembre 2013, l'Ukraine et la Russie ont signé plusieurs accords qui fâchent les Etats-Unis et l'Union Européenne...
Les manifestants à Kiev se battent entre eux : plusieurs bagarres signalées vers 21 heures ! Cf. La Voix de la Russie

 

 

Barre fin article

Repost 0

Présentation

  • : Salam - Akwaba
  • Salam - Akwaba
  • : Littérature, citations, politique internationale (conflit Palestine-Israël, mondialisation...), Afrique, Maghreb, problèmes de société, religions, faune, flore, etc...
  • Contact

Guadeloupe

Album photos privé - Avril 2008
La Pointe des Châteaux

Recherche

Remerciements


 "Toute vie véritable est rencontre"

 

         Salam et Akwaba !


Merci de tout coeur

          à tous mes chers visiteurs.

  Merci pour vos messages. 

 

             Bonne journée à chacun de vous.

 


MERCI et soleil 946s

A Diffuser Sans Modération...

metiers-facteur-1   


 Citoyennes et Citoyens

Réveillez-vous !

 

MERCI en Rouge mess Merci1

Pétitions

  Votre Attention SVP Fond Vert t11-14 clown-tambour

 

 

 

 

 

  Pétitions

     à la Une

 

 


 

Cet article est en cours de mise à jour

 

  Cliquer sur LIEN  pour y accéder

.

Merci de votre compréhension


Fleur anim&e nature-46

 

   Pétition France Palestine AFPS

 

* Non à la criminalisation du boycott d'Israël !

 

    Pour la défense des Palestiniens,

l'AFPS Association

France Palestine Solidarité

a mis en ligne

mardi 18 septembre 2012


Une pétition réclamant l’abrogation

de la circulaire de février 2010

(signée Mme Alliot-Marie)

qui assimile les actions de boycott

des produits israéliens


 « à de la provocation,

 

à la discrimination

 

ou à la haine raciale. »


En application de cette circulaire,

les contrevenants encourent.

  des poursuites judiciaires.

 

 

 

  Pour plus d’informations et pour Signer :

Un Clic sur la vignette AFPS

 

  Logo-France-Palestine Solidarité Capture

 

 

Barre vert mordoré

 

 

 

MERCI nadn6mnq

A l'attention des visiteurs

  Pax Americana 2

        Les internautes désirant publier sur leurs blogs, TOUT ou PARTIE  des photos ou articles parus sous ma plume sur Salam-Akwaba auront la gentillesse et la courtoisie de :

  -   m’en informer auparavant

   -   citer CLAIREMENT leur source au début de leur propre article : Lien vers Salam-Akwaba, Titre de l’article source, auteur : L17

        Pour plus de précisions voir  ICI

 


Pax Americana 2